Conférence

La passion des rapaces nocturnes

Le jeudi 8 novembre 2018 / 20 h 15,

Aula de l’Ecole professionnelle du Chablais,

Chemin des Marronniers 3, Aigle

La passion des nocturnes

La vraie nature des animaux est d’être libres et sauvages. J’aime me perdre dans la forêt, et ce depuis ma plus tendre enfance. Ces balades m’ont permis d’éveiller ma curiosité et de surmonter mes peurs, celles de la nuit surtout ! C’est sans doute là qu’il faut rechercher les racines de ma passion pour les rapaces nocturnes.

Nous avons la chance dans notre contrée d’avoir neuf rapaces nocturnes, huit potentiellement nicheurs, et un en principe juste de passage.

Nous allons commencer par le plus petit rapace nocturne, avec ces dix-sept centimètres de haut et son chant flûté : je l’appelle le lutin du Jura ; il s’agit de la chevêchette d’Europe (Glaucidium passerinum). Puis nous partirons à la découverte de la Chouette de Tengmalm (Aegolius funereus), relique de l’époque glaciaire, qui va nous faire connaître, avec son chant de notes monotones, les froides nuits du Jura de fin d’hiver.

Découvrir la voix mystérieuse de la Chevêche d’Athéna (Athene noctua) sera notre prochaine étape. Cet oiseau, sur la liste rouge, a malheureusement disparu de bon nombre de régions de Suisse en seulement quatre décennies, « grâce », entre autre, à l’élimination des vergers à hautes tiges. Le désert biologique fait son chemin…

Ensuite nous partirons à la rencontre de la Chouette hulotte (Strix aluco), avec son hululement si connu. C’est en effet le rapace nocturne le plus commun de Suisse…et le plus connu dans les films car dès qu’une scène se passe la nuit, c’est son hululement qu’on entend.

L’Effraie des clochers (Tyto alba) nous fera écouter son chuintement étrange et envoûtant tandis que le Petit-duc scops (Otus scops) nous mettra en contact avec la douceur des nuits printanières, avec son chant si fluté sur un air de Provence…

Le Hibou moyen-duc (Asio otus), quant à lui, se glissera sans bruit dans la pénombre à l’orée du bois.

Le Hibou des marais (Asio flammeus) nous montrera sa façon de claquer des ailes lors de la parade, et le Grand-duc d’Europe (Bubo bubo) nous amènera dans la magie de la nuit grâce à son chant. Nous découvrirons également les occupations de ses jeunes durant la journée.

Nous allons partager un moment d’intimité avec les rapaces nocturnes dans une vidéo didactique qui aidera à mieux identifier leur chant, leurs biotopes et leurs moeurs entre autre. Avec un montage fait spécialement pour l’occasion, un mélange de vidéos, de séquences de chants et de photos, le tout commenté par l’auteur en direct.

Les commentaires sont fermés.