Présentation

La vraie nature des animaux est d’être libres et sauvages. J’aime me perdre dans la forêt, et ce depuis ma plus tendre enfance. Ces balades m’ont permis d’éveiller ma curiosité et de surmonter mes peurs, celles de la nuit surtout ! C’est sans doute là qu’il faut rechercher les racines de ma passion pour les rapaces nocturnes. La photographie animalière, je l’ai découverte à travers les travaux de mes modèles : S. Salgado, R.-P. Bille, F. Lanting, J. Brandenburg. Puis j’ai appris seul les rudiments de la photographie. Dans la photo, l’immédiateté me plaît beaucoup, saisir l’instant présent c’est magique ! Dès que j’évoque mon activité préférée, je m’enflamme ! Être dans la nature m’inspire, je me sens vivre pleinement, je me nourris de cette énergie foisonnante qui me vivifie et j’en ressors plein de satisfaction et de plaisir. Mes premiers sujets font partie des classiques du genre : chamois, cerfs, bouquetins… Mais bien vite les grands mammifères ne me  suffisent plus et au lieu de me tourner, comme le font la plupart des photographes naturalistes, vers « l’oiseau rare », je m’intéresse à la faune de proximité, celle qui vit autour de chez moi.

Conscient de l’impact de ma présence sur le milieu, je ne laisse rien au hasard avant d’entreprendre une série de clichés. Multipliant les visites de repérage, toujours attentif, je cherche le moment optimal, le bon mouvement, l’ambiance idéale propre à m’inspirer. Alors seulement, je me fonds dans le paysage, sans affût lourd qui coupe l’observateur du monde et en fait un handicapé des cinq sens en restreignant la vue à une minuscule fenêtre de quelques centimètres carrés. Côté technique, j’adopte souvent le monopode dont la souplesse d’utilisation permet une rapidité de mouvement unique. Un objectif de 600 mm. me permet de rester à distance raisonnable de mes sujets et de saisir quelques instants de leur vie privée sans les gêner. La difficulté reste bien de se faire accepter des animaux. La tentation est grande de réduire la distance qui sépare le photographe de son sujet ; il faut résister et éviter un dérangement qui provoquerait la fuite de l’animal.

Cet aspect est primordial dans la démarche car une belle photo ou une observation réussie ne pourra être faite avec un sujet qui ne se sent pas en totale confiance.

Les commentaires sont fermés